Chronique d’une journée au château de Guédelon

Après un agréable voyage en car, nous débarquons ce samedi 28 avril à 53 personnes sur le site du château de Guédelon.  Tout le monde est là pour nous accueillir, la gentille caissière, notre sympathique guide, sauf un : LE SOLEIL ! Pourtant sur le site internet du château les photos nous montraient des bras nus, des fronts qui transpirent, la terre sèche de Bourgogne. Déception. La météo nous avait bien sur mis en garde, de la pluie et des températures fraîches de 11h à 17h. Comme par hasard c’est la plage horaire de notre visite. Heureusement chacun avait prévu un vêtement de pluie, les plus prévoyants un parapluie. Mais ce ne sont pas quelques gouttes qui vont nous faire reculer, foi de Condécourtois ! Ce n’est donc pas la fleur au fusil, mais la capuche sur la tête que nous commençons notre inspection des travaux d’édification du château. Le guide nous apprend qu’en 20 ans, l’équipe de 40 personnes a réalisé ce qui, au 13e siècle, aurait pris entre 5 à 10 ans. De là à dire que l’homme du 21e siècle ne peut pas rivaliser avec son ancêtre moyenâgeux, il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas. Les raisons sont plus d’ordre social que physique; la journée de 8 heures, la prévention des risques, les périodes de gel font que les choses vont moins vite. Les objectifs ne sont plus les mêmes non plus; les anglais, même s’ils gardent un fond d’hostilité vis à vis des français, sont un peu moins enclins à envahir la Bourgogne qu’à d’autres époques. Et puis, pour être tout à fait honnête, il faut reconnaître que le château attire énormément de visiteurs grâce à tous les bénévoles que l’on peut voir au travail: tailleurs de pierre, maçons, charpentiers, ferronniers et autres. Qu’en sera-t’il quand les travaux seront terminés ?

Après une brève présentation du projet, Gaëtan, notre guide évoque la raison d’être des châteaux-fort philippiens –selon le style architectural instauré par Philippe Auguste– et nous détaille les ouvrages: ponts levis, ponts dormants, remparts, créneaux, courtines, voûtes et les matériaux utilisés: grès ferrugineux, chêne, terre sableuse et argileuse. Les outils aussi sont étonnants: la pige, la corde à 13 noeuds qui permet de réaliser toutes les formes géométriques nécessaires à la construction. Bref 1h30 de découvertes pour petits et grands.

Gaëtan nous laisse ensuite pour aller prendre en charge un autre groupe de visiteurs. Nous le remercions et chacun est maintenant libre d’aller approfondir le sujet dans les différents ateliers, du tuilier au forgeron en passant par le cordier et le boulanger. C’est aussi l’heure du casse-croûte et les halles de bois sont bienvenues pour faire une pause à l’abri de la pluie. Il y a aussi deux restaurants qui proposent une nourriture simple et bonne.

Bientôt 15h30 et il faut retourner au car puisqu’il faut compter 3h30 de route, voir plus en ce jour de retour de vacances. L’ambiance est joyeuse mais tout le monde est un peu fourbu après cette rude journée et c’est à ce moment précis que le ciel s’éclaircit et que le soleil facétieux se décide à nous accompagner pour le retour.

20h00, le car nous dépose sur la place de l’église et tout le monde se dit au revoir. Heureusement demain c’est dimanche !…

Voir les photos

Publié dans Accueil

Adresse mail

Rejoignez 78 autres abonnés

Événements à venir

Pas d’événements à venir

Commentaires récents
Michèle Bringout dans Épiphanie
Michèle Bringout dans Randonnées du dimanche 20…
bernadette dans Venez fêter les 60 ans de l…
Michèle Bringout dans Chasse aux oeufs
Michèle Bringout dans Annulation Bourse aux vêt…
%d blogueurs aiment cette page :